fbpx

La série de victoires prend fin pour Servette. Dans des conditions dantesques, le match aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre.


Le Servette FC aborde cette rencontre de la 16e journée de Raiffeisen Super League avec la volonté d’en faire sa quatrième victoire d’affilée. Face à lui, le FC Lugano reste sur une victoire 0-3 à Thoune, et se présente comme un adversaire coriace qui va lutter pour les mêmes places. Les véritables enjeux se situent donc sur le long terme, les hommes d’Alain Geiger sachant déjà, avant le coup d’envoi, qu’ils ne peuvent ni rattraper Zürich, 4e, ni se faire rattraper par les équipes qui les talonnent.

Pendant les premières minutes, les équipes s’observent et s’affrontent au cœur du jeu, sans la moindre incursion à noter d’aucun côté. Cela change brutalement à la 9e minute, quand un Luganais s’apprête à tirer à 20 mètres, après avoir effacé plusieurs Servettiens, mais que Timothé Cognat surgit pour l’en empêcher. Il sert Tasar, qui remonte tout le terrain pour aller obtenir un coup franc excentré. Cette course de 50 mètres libère les Grenat et leur permet d’amorcer une longue séquence de domination. Pendant cette période, les coéquipiers de Timothé Cognat imposent leur ascendant technique, jouant dans les petits espaces à mi-terrain avant de lancer sur les côtés. Les coups de pieds arrêtés obtenus permettent notamment à Gael Ondoua de placer une tête extrêmement dangereuse sur un coup franc de Wüthrich, que Baumann repousse miraculeusement.

Dès le quart de match, les Tessinois sollicitent la défense servettienne, surtout sur des coups francs et corners que les Genevois peinent à dégager. Toutefois, le FCL ne se procure aucune occasion aussi dangereuse que les têtes d’Ondoua et Sasso, les deux actions les plus marquantes au moment de rentrer aux vestiaires.

À la reprise, les Grenat se font cueillir à froid. La deuxième mi-temps n’est vieille que de deux minutes quand Gonçalves, grimaçant, doit céder sa place à Souici, alors que Lugano bénéficie d’une touche offensive. Jouée en surnombre, celle-ci permet à Aratore de s’échapper en profondeur et de centrer pour Carlinhos, qui bat Frick à bout portant (48’). Ce but, couplé à l’intensité croissante que mettent les Bianconeri dans les duels, est un véritable coup derrière la nuque des Servettiens, qui ne se procurent plus d’occasions jusqu’à une reprise non cadrée de Stevanovic peu après l’heure de jeu. Juste avant, une relance de Frick avait été considérablement freinée par l’eau du terrain, se transformant en offrande pour Carlinhos qui tentait de lober le portier genevois mais trouvait la latte.

L’entrée d’Alex Schalk, en tant que troisième changement, à la 65e minute, redonne de l’entrain à l’attaque du SFC. Les Luganais ne procèdent plus que par contre, et emploient toutes leurs forces à contenir les assauts de Dennis Iapichino et ses compères. Le latéral gauche trouve Timothé Cognat sur un centre, mais la tête puissante du numéro 8 est claquée au-dessus de la barre par Noam Baumann. Le portier tessinois dégoûte les attaquants grenat en cette fin de match, au point qu’une bonne part des 2300 spectateurs présents scande son nom. Rien n’y fera, pas même le coup franc à 18 mètres que Stevanovic tire dans le temps additionnel. Cette fois, ce sera la barre qui sauvera les hommes de Maurizio Jacobacci.

Servette n’enchaîne donc pas de quatrième victoire consécutive, même s’il aurait au moins mérité un point ce dimanche à Lugano. Le prochain match se déroulera à nouveau à l’extérieur, dimanche prochain face au FC Zürich (16h).

La galerie photos de la rencontre