Le Servette FC, privé de neuf joueurs, livre une prestation admirable d’envie et d’abnégation et tient en échec le futur promu.


C’est dans l’adversité que se révèlent les caractères des équipes. Sur une mauvaise série depuis de nombreux matches et privés de nombreux titulaires, les Grenat ont disputé une partie exemplaire hier soir au Stade de Genève. La Tribune de Genève se demandait si le SFC avait du cœur, les Grenat ont prouvé que oui, et un gros.

Pour cette partie, les Genevois alignent sur la feuille de match 7 joueurs nés entre les années 1999 et 2000, dont trois titulaires : Imeri, Busset et Souare.

Avec une infirmerie pleine, Bojan Dimic doit remanier complètement sa défense. Fabry et Souare prennent place dans l’axe quand Sarr et Busset occupent les côtés. Face aux nombreux assauts neuchâtelois, cette défense recomposée aura tenu le choc, bien aidée par un Jeremy Frick en grande forme ce soir.

Preuve de cette solidité défensive, le nombre très faible de tirs neuchâtelois lors du premier acte de la rencontre. Nuzzolo et Cie n’ont en effet que tiré quatre fois en direction de la cage servettienne. Les Servettiens ont également de la peine à se montrer dangereux lors de cette première période. La seule occasion genevoise intervient à la 40e lorsqu’un corner tiré par Wüthrich est touché au premier poteau par la tête de Mica Stevanovic. Walthert intervient en catastrophe et permet à son équipe de rentrer aux vestiaires sur ce score de 0-0.

La deuxième mi-temps ne sera pas plus riche en occasions mais verra Jeremy Frick se mettre en évidence à de maintes reprises. Deux fois devant Nuzzolo et une fois sur un coup-franc de Veloso. Comme en première mi-temps, les Grenat ont une grosse occasion. A la 69e, Willie se présente seul face à Walthert mais frappe sur le portier neuchâtelois.

Le score ne bougera plus. Les Grenat arrachent un point qui fait du bien au moral dans la lutte pour la deuxième place. Lutte qui continuera le week-end prochain au Brügglifeld face à Aarau.