Servette FC - Neuchâtel Xamax FCS, c'est le lundi 4 décembre à 20h. Retour sur quatre rencontres historiques entre ces deux clubs mythiques.


A travers les affrontements entre Genevois et Neuchâtelois, c’est tout un pan de l’histoire du football suisse qui peut être lu. A l’occasion du choc du lundi 4 décembre prochain, servettefc.ch vous propose de revenir sur quatre rencontres entre ces deux clubs qui symbolisent le développement du football dans nos contrées, avec le concours de Grégory Quin, historien du sport et maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne.

Episode 4 sur 4 : 2011, Le dernier en Super League

Ce match entre Neuchâtelois et Genevois d’octobre 2011 est le dernier affrontement des deux clubs en Super League à ce jour. L’Iranien Majid Pishyar et le Tchétchène Bulat Chagaev sont les présidents des deux institutions mais ne le resteront pas longtemps. Les Neuchâtelois ne finiront pas la saison et seront relégués en 2e ligue inter pour raisons administratives et Pishyar cèdera le club l’année suivante à Hugh Quennec.


Bulat Chagaev dans les loges du Stade de Genève

Devant des rumeurs insistantes de faillite imminente, les joueurs de Xamax n’ont peut-être pas la tête au football lors de ce match. « Initiée » avec le FC Wettingen qui dépose son bilan dans les années 90, une vague de faillites et de relégations administratives touche le football Suisse : Lausanne en 2002, Lugano en 2003, Servette en 2005 et donc Xamax en 2011, année de la rencontre dont il est question ici. Grégory Quin : « L’arrêt Bosman de 1995 accentue la concentration économique dans les grands clubs des gros championnats. Cette concentration des moyens rend possible l’arrivée d’investisseurs étrangers qui n’ont pas une grande puissance économique. Si à Paris ou à Monaco, les investisseurs ont des moyens de rentabiliser leurs investissements, cela est bien plus difficile dans nos contrées ce d’autant plus que les investissements n’ont pas forcément été raisonnés. Il faut également remettre l’arrivée de ces investisseurs étrangers dans un contexte d’internationalisation de l’économie suisse. Dans les conseils d’administration de grandes entreprises nationales comme le Crédit Suisse ou Metallwerke, il y a de plus en plus d’étrangers donc que cela se fasse dans le football n’est ni un hasard, ni un scandale. A l’ère de l’arrêt Bosman, la Suisse est trop petite pour jouer à la roulette russe. Elle est également trop petite en terme d’enthousiasme pour le football. Le Bayern de Munich par exemple tire 25% de ses revenus lors de jours de matches dans les tribunes et aux alentours. Cela est beaucoup plus difficile en Suisse. »

L’ « affaire » Bulat Chagaev bat son plein quand les Neuchâtelois se déplacent à la Praille pour ce derby romand. Ce sont pourtant eux qui ouvrent le score grâce à Uche qui profite d’un ballon relâché par Barroca suite à une frappe. Les Grenat tentent de réagir mais Yartey et De Azevedo ratent des montagnes devant Bedenik. En fin de 1e mi-temps, Yartey se rattrape en adressant un véritable boulet de canon sous la latte. Les Servettiens égalisent et les deux équipes rentrent aux vestiaires sur ce score de 1-1. En deuxième mi-temps les Grenat souffrent et Wüthrich n’est pas loin de donner l’avantage… à Xamax !

Finalement, en fin de match, Karanovic libère la Praille et donne la victoire au SFC dans ce qui reste, encore à ce jour, le dernier Servette-Xamax en Super League.

Servette Xamax 2-1 (1-1)

Le 30 octobre 2011

Stade de Genève 6’800 spectateurs.

Buts: 17e Uche 0-1, 42e Yartey 1-1, 78e Karanovic 2-1

Servette FC : Barroca ; Ruefli, Roderick, Diallo, Moubandje ; Kouassi, Pizzinat ; M’Futi, De Azevedo (66e Vitkieviez), Yartey (82e Pont); Karanovic (87e Routis). Entraîneur : Alves

Neuchâtel Xamax : Bedenik ; Gomes, Navarro, Besle, Fachinetti ; Wüthrich (82e Geiger), Basha, Dampha (72e De Coulon), Tréand ; Veloso (55e Seferovic), Uche. Entraîneur : Munoz

Episode 1: 1974, le premier Servette-Xamax aux Charmilles.
Episode 2: 1979, le feu d'artifice
Episode 3: 1988, l'âge d'or